Menu
60 rue de Mons 7060 - SOIGNIES
  • Lundi et Jeudi 14h - 18h
  • Mar. Mer. Ven. 9h - 12h | 14h - 18h
  • Samedi 10h - 12h
Sur rendez-vous
C’est un savoir faire de qualité au service de vos idées
 
Vous êtes ici : Accueil > Maison Dascotte

Cordonnerie Paul Dascotte à Soignies, près de Bruxelles: le cuir dans la peau, du cordonnier au bottier

Paul dascotte est l'un des derniers cordonniers en Belgique. En trente ans de carrière, ce Sonégien amateur de rugby a chaussé quelques célébrités. (Olivier Gosset, pour l'Echo)

Quel est le point commun entre Stromae, quelques membres de la famille royale, et Eric-Emmanuel Schmitt ? Réponse : leurs chaussures, dont certaines sont passé entre les mains du même artisan Cordonnier, Paul Dascotte. L'artisan est le dernier à proposer à la fois de la réparation, et la fabrication de chaussures personnalisées en Belgique.

Besoin d’informations ?

Nous vous rappelons pour répondre
à toutes vos questions

Contactez-nous

.

Arrivé quasiment par hasard dans le monde de la chaussure, le parcours du sonégien est quelque peu atypique. Il débute sa carrière à 20 ans en reprenant la petite cordonnerie locale. Détail important, à ce moment là, le jeune homme ne connaît rien du métier qu'il entreprend. Le cordonnier qui remet son commerce s'engage à le former durant 2 ans. Et cela fonctionne ! Paul remplace talons et patins, découpe les cuirs et se lance dans l'apprentissage des différents cousus (blake, Goodyear, norvégien). Rapidement l'élève dépasse le maitre et devient autodidacte.

Après quelques années, fort de son expérience, le sonégien monte à Bruxelles pour y reprendre une cordonnerie artisanale réputée. Il y approfondit son savoir faire, qui est rapidement reconnu dans la capitale et même au-delà. La qualité paie : les clients d'enseignes prestigieuses comme Hermès, Crockett and Jones, John Lobb font le détour pour faire réparer leur couteux mocassins et autres escarpins haut de gamme.

Alors que la plupart des autres cordonniers élargissent la gamme de leur services en proposant de la serrurerie ou de la reproduction de plaque de voiture, Paul Dascotte opte pour la démarche inverse : le cuir, rien que le cuir ! Et pas n'importe lequel : tanné de manière végétale. Du cuir ensuite découpé, mouillé, encollé, cousu, patiné et glacé. grâce à quelques machines souvent introuvables ou hors de prix, il entreprend de se lancer dans ses propres créations.

Il y a 4 ans, l'artisan cordonnier devenu bottier décide de revenir là où tout a commencé, sa ville natale, Soignies. A deux pas de son domicile, il ouvre sa 3ème cordonnerie, alimentée notamment par un dépôt à Bruxelles. A son tour, le quinquagénaire entreprend de former un jeune qui ambitionne de réussir dans le métier. Neveu de son patron, Aubin semble avoir de bonnes dispositions pour la carrière.

.

Consultez également